débourrage


débourrage

débourrage [ deburaʒ ] n. m.
• 1858; de débourrer(I)
Techn.
1Action de débourrer (I). Débourrage des peaux. Débourrage mécanique des cardes, leur nettoyage. — Débourrage d'un cheval.
2Déchets provenant du travail de la laine.

débourrage nom masculin Action de débourrer.

DÉBOURRAGE, subst. masc.
A.— [Correspond à bourre A] TANNAGE. Action d'ôter la bourre d'une peau d'animal. Les peaux, (...) soumises au débourrage ou épilage (WURTZ, Dict. chim. pure et appl., t. 3, 1878, p. 188).
B.— [Correspond à bourre B]
1. TECHN. DIVERSES
a) ARM. et MINES. Action d'ôter la bourre d'un trou de mine ou d'un canon. Avec la poudre, lorsqu'on a des ratés ou des longs feux, (...) on ne doit pas tenter un débourrage (BOURDE, Trav. publ., 1928, p. 110).
b) TECHNOL. Nettoyage de la bourre qui gêne le bon fonctionnement d'une machine. Des herses émousseuses dont les dents très courbes sont en forme de pyramide renversée pour faciliter le débourrage automatique (BALLU, Mach. agric., 1933, p. 162).
2. ÉQUIT. Début du dressage d'un cheval :
Le dressage suit un processus particulier. D'abord le débourrage, qui habituera le cheval à supporter le cavalier sans manifester trop de défenses, et à obéir aux indications élémentaires. Le débourrage a lieu à quatre ans.
Jeux et sp., 1968, p. 1612.
C.— [Correspond à bourre C] ARBORIC. Action de sortir de la bourre. [Le sapin de Nordmann] mis à l'abri des gelées tardives par son débourrage très tardif (COCHET, Bois, 1963, p. 42).
Rem. 1. Cet emploi n'est pas mentionné par les dict. gén. du XIXe et XXe s. 2. On rencontre ds la docum. le synon. débourrement, subst. masc. Le débourrement (éclatement des bourgeons en fin d'hiver) est la première manifestation externe de l'activité de l'arbre (H. BOULAY, Arboric. et prod. fruit., 1961, p. 52). Attesté ds les dict. gén. à partir de la fin du XIXe siècle.
Prononc. :[]. Étymol. et Hist. Av. 1870 debourrage de la laine (Leguidre ds Lar. 19e), debourrage de chapeaux (Maigne, ibid.). Dér. du rad. de débourrer; suff. -age. Bbg. Ac. FR. Dict. de l'Ac. Banque Mots. 1973, n° 5, p. 99.

débourrage [debuʀaʒ] n. m.
ÉTYM. 1858, Année sc. et industr., 3e année, p. 257 (sens 2); de débourrer (I.).
Techn. Action de débourrer (I.).
1 Opération qui consiste à enlever avant le tannage et le chamoisage les poils adhérant encore aux peaux. || Débourrage des peaux.
2 Nettoyage des cardes. || Débourrage mécanique des cardes.
Par métonymie. Déchets provenant du travail de la laine.
3 Équit. Action de débourrer (un cheval, des chevaux). Dégrossissage. || Chevaux de débourrage et de dressage.
0 Éducation du cheval de selle (…).
1o Le débourrage. — C'est la première période de l'éducation du cheval. Il a pour but d'acclimater à son nouveau milieu et à son nouveau métier le jeune cheval sortant du pré; de le mettre progressivement en condition de travail, tout en le laissant se développer physiquement; de former son caractère et de lui donner les premières notions des aides. Il comprend : le dressage à la selle et la leçon du montoir; la recherche du calme; la recherche du mouvement en avant; un dressage élémentaire aux jambes et aux rênes.
Henri Aublet, l'Équitation, p. 98.

Encyclopédie Universelle. 2012.